Actus des entreprises

Etude sur les risques réalisée par Coface Bulgarie

Article paru à Capital le 11 octobre 2018

Le nombre de faillites en Bulgarie baisse mais les risques augmentent

L’étude de Coface, basée sur les données de ses structures internationales, révèle une hausse des risques d’impayés dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) après deux années consécutives de baisse. Cela s’illustre par le nombre de cas d’insolvabilité jugés au tribunal, 6,4% plus élevé que l’année précédente. « Cela intervient dans un contexte économique assez favorable, avec une hausse du PIB de 4,5% dans la région et de 3,6% en Bulgarie, avec un PIB qui atteindra bientôt plus de 100 milliards de levas », a souligné Milena Videnova, directrice de l’entreprise en Bulgarie. Selon elle, le secteur le plus touché serait le bâtiment, dans lequel les faillites devraient augmenter de 10,4% cette année et de 15,5% l’année prochaine, la Bulgarie ne faisant pas exception.

Cela s’explique notamment par le fait que le cycle économique a atteint un pic, que la fin de la monnaie « bon marché » est arrivée, et qu’une détérioration du climat économique est attendue, qui affectera les entreprises les moins pérennes. Pour les entreprises bulgares traitant avec leurs homologues européens, l’analyse de Coface agite un drapeau rouge pour la Croatie, l’Estonie, la Hongrie, où le nombre de faillites croît, tout comme en Pologne, où le chiffre devrait dépasser les 20% l’an prochain.

Qu’en est-il de la Bulgarie ? En 2017, le tribunal a traité 311 cas d’insolvabilité (contre 834 en 2013), 18,4% de moins que l’année précédente. Pour le premier semestre de cette année, le nombre de poursuites pour insolvabilité commerciale s’élève à 213 contre 227 pour la même période l’année dernière, soit 6% de moins. « La situation n’est toutefois pas si positive, étant donné que l’endettement reste élevé – non seulement envers les banques, mais surtout envers les entreprises partenaires », explique Milena Videnova.

Sur 401 000 entreprises notées par Coface, 74 686, soit 18,6%, courent un risque très élevé de non-paiement, contre 17% il y a un an. Les secteurs les plus en proie sont la vente en gros et en détail, le transport et le bâtiment. A contrario, les secteurs des technologies et de l’information, de l’ameublement, et les activités liées à la santé et à la sécurité connaissent une évolution positive. Cette augmentation des risques est partiellement due au manque de personnel, lié à une augmentation des coûts de la main d’œuvre d’environ 10%. Par ailleurs, bien que les entreprises bulgares connaissent une croissance économique record, leur liquidité reste faible et leur endettement est en hausse.

A propos de Coface

Coface analyse, assure et gère les risques corporate et est la seule agence à proposer une enquête annuelle sur la Bulgarie à l’aide de données sur l’insolvabilité commerciale.

Articles sur le même thème

Evénements sur le même thème

PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

FBC Insights